Lui, il rit. Parce qu'il a toujours rit. Même si, il sait. " N'est-ce pas, maman ? Si je meurs, tu riras. " Alors, il s'en amuse aussi, et sous le regard horrifié de cette femme, il s'étrangle. Le collier, il le ressert, de plus en plus, et sa gorge lui fait mal, mais ça l'amuse, parce qu'enfin, elle est apeurée face à la mort de son fils. Mais il arrête, il tousse, et il rit. Simplement, elle y avait cru, mais puisque c'est terminé... " Tu vois, maman ? Si je meurs, finalement, tu aurais peur. " Elle aurait peur, et lui, il rirait.